ConsommActeurs plutôt que… ConsomMateurs

Publié le par TerreHappy

« le peu, même le très peu que l’on peut faire, il faut le faire quand même »

Théodore Monod


Une consommation responsable et solidaire est la somme de toutes nos petites actions individuelles et locales.

Cela peut commencer en quelques étapes, dans l’attitude et le comportement quotidiens, très simples à réaliser :

- Prise de conscience

- Information et réflexion

- Affirmation de nos désaccords face à des comportements irrespectueux sur l’environnement ou sur la société

- Refus d’acheter tel ou tel produit s’il ne correspond pas aux critères sociaux environnementaux de bien-être et de préservation.

Et surtout :

- Se donner chaque jour les moyens d’appliquer concrètement dans notre vie quotidienne les principes que nous exigeons des autres, des entreprises, des politiques, de la société…

Chaque comportement local et responsable, additionné aux autres, à tous les niveaux, participera ainsi progressivement à la transformation collective et diversifiée des société où nous vivons et aboutira à une véritable consommAction.

ConsommActer « juste » c’est choisir déjà de prendre du temps pour consommer selon ses besoins et en fonction de la localité où l’on vit.

L’alimentation

Elle est le 1er terrain fertile à toutes sortes de dérives, de créations de besoins artificiels non adaptés, et aujourd’hui de surenchères à des produits dénommés « bio » on ne peut plus artificiels, et qui ne seront réservés qu’à quelques uns… parce que souvent beaucoup plus chers !

Dans les années 50, dans le petit village où nous habitions, tout le monde allait acheter fruits § légumes directement chez le petit maraîcher du coin, qui les cultivait lui-même, n’utilisait pas autant de pesticides et d’engrais chimiques. Que je sache, personne n’est jamais mort de faim, ou ne s’est retrouvé malade d’allergies chroniques inexpliquées.

Si vous avez des avis différents ou contraires à ce sujet, merci de bien vouloir en témoigner. Car, à ce sujet, il est possible de lire beaucoup de généralités, mais peu de cas particuliers, et surtout peu de témoignages.

Cependant, déjà à cette époque, une de mes tantes qui tenait un petit magasin « diététique » en plein Paris, signalait que de plus en plus de personnes souffraient d’allergies chroniques… 

A partir des années 50, déjà et malheureusement, toutes sortes de dérives irresponsables et de comportements inadaptés se sont mis en place progressivement et insidieusement, avec :

- Des méthodes de cultures et d’agriculture intensives

- Des pulvérisations intensives des champs par les produits chimiques.

- L’apparition de l’agro-industrio-alimentaire avec toutes les transformations industrielles et chimiques des aliments de base telles que nous les connaissons de nos jours.

- Et aujourd’hui, des supermarchés de plus en plus nombreux, que ce soit en ville ou en campagne, et dont l’unique préoccupation est de se faire la guerre « économique », et non le souci réel de nourrir une communauté.

Il est bien possible que nous ayons déjà ingéré, que nous ingérions des aliments OGM et que nous portions un polo de coton transgénique, sans le savoir…

 

Pour pallier à toutes ces dérives alimentaires, des labels garantissant des produits contrôlés et certifiés (des logos AB, Nature § Progrès, …) ont du être créés…

Déjà, LA CONFIANCE, pour ce simple acte de base et de survie alimentaire, a complètement disparu. Ce qui est tout de même grave…

Et il faudrait maintenant racheter cette confiance, en payant plus cher un aliment dit « bio »  qui était auparavant complètement naturel...


Pour s’approvisionner en produits naturels, il est possible de se rendre sur les Marchés et dans les Coopératives du réseau Biocoop  http://www.biocoop.fr/  où ils sont vendus à un prix dit « abordable » pour le client et

« juste » pour le producteur.

Cependant, dans ces magasins, je trouve que la plupart des produits de base sont encore bien chers.

 

Les agriculteurs du réseau FNAB (Fédération Nationale d’Agriculture Biologique) http://www.agriculturebio.org/ vendent également leurs produits sur les Marchés et à la Ferme.

Ces produits du terroir sont des produits locaux et ancestraux cultivés localement. Le plus souvent, la vente se fait sur les Marchés et dans les Fermes.

Il en existe de plus en plus aujourd’hui, et il est possible d’accéder à la liste des Fermes de sa localité.

Les produits n’y sont « pas labellisés AB », mais la plupart sont cultivés « naturellement ». Vous pouvez vous renseigner auprès des agriculteurs sur la nature des produits phytosanitaires (chimiques) utilisés. Des heures de visites, de cueillette et de jardinage y sont proposées.

 

Les paniers du réseau Amap http://alliancepec.free.fr/Webamap/index1.php

Dans les années 60, les premières formes d’Amap apparaissent au Japon sous le nom de Teikei (qui signifie « relation »), puis en Suisse et en Allemagne. En 1985, un fermier américain rapporte dans son pays l’expérience qu’il a connue en Suisse et la première CSA (Agriculture Soutenue par la Communauté) comme à se répandre dans tout le pays, puis au Canada et en Angleterre.

En France, c’est en 2001 que la première Amap est créée.

 

C’est toujours très intéressant et formateur d’emmener ses enfants dès le plus âge sur les Marchés ou dans les Fermes, et c’est beaucoup plus relaxant que les supermarchés.

Ceux qui ne connaissent plus que le lait en brique, le poisson pané, ou les frites calibrées, y apprennent une multitude de choses très nourrissantes ! les autres sont comme des poissons dans l’eau !


En ce qui concerne l’EAU :

Consommer l’eau en bouteille favorise une dépense d’énergie complètement inutile (conditionnement, transport, recyclage des déchets plastiques, …), ainsi qu’un surplus en apports minéralisés assez toxique pour l’organisme.

L’eau potable est disponible au robinet, et différents procédés de filtrages simples et performants existent aujourd’hui qui permettent d’obtenir un niveau de qualité équivalent à une bonne eau de source !

Il existe des filtres adaptables à la carafe d’eau, jusqu’au pichet à système de filtration par osmose inversée, en passant par les filtres installés sur le robinet : une de ces  3 solutions existe forcément qui conviendra à chacun (prix, performance, facilité d’installation, …)

 

Pour les jardiniers en herbe, si vous disposez d’un jardin potager, n’oubliez pas l’Association Kokopelli :

kokopelli.semences@wanadoo.fr pour les commandes de graines.

Toutes les semences proposées par Kokopelli sont « originelles », c’est-à-dire qu’elles n’ont pas subi d’hybridation, et elles peuvent se replanter d’une année sur l’autre sans dégénérescence.

Les semences sont biologiques et représentent une excellente alternative aux OGM !
 

Un site de jardinage  www.jardinage-bio.com explique des méthodes simples et efficaces pour permettre à chacun de jardiner naturellement en limitant au maximum l’emploi de produits chimiques de synthèse qui représentent une source majeure de pollution.

 

Et si, de temps en temps, vous avez besoin de quelques produits exotiques, il existe le Commerce Équitable…


Un des 1ers actes politiques, au sens pratique du terme, c’est le comportement de chacun face à sa consommation :

est-ce que j’accepte de :

- consommer toujours plus et n’importe comment ?

- soutenir, par mes achats, le travail des enfants et l’exploitation inconsidérée d’autres êtres humains ?

- fermer les yeux sur l’origine des produits que j’achète ?

- polluer l’eau, la terre et l’air ?

- compromettre la qualité des ressources naturelles de l’environnement ?

- d’être complices d’un système économique qui a fait ses preuves en accroissant plutôt les inégalités de par le monde, en mettant en danger la santé et le bien-être des populations, en dépossédant chacun de ses savoir-faire locaux, en s’appropriant le vivant ?

 

Ainsi, notre bonne vieille terre pourra guérir, entrer en convalescence, se reconstituer une solide santé, et repartir comme avant toute ragaillardie…

 

Comme nous !


Pour en savoir plus sur tout cela, et comment cela fonctionne, quelques lectures :

« Les coulisses de la grande distribution » - Christian Jacquiau

« Les dessous de l’agroalimentaire – votre caddie en otage » - D. Predali

« OGM : Opinion Grossièrement Manipulée », publié par Inf’OGM (2b, rue Jules Ferry – 93100 Montreuil – tél. : 01.48.51.65.40)

« La boîte-repas de Pandore – le monde merveilleux du génie génétique » - Les Amis de la Terre – www.amisdelaterre.org

« La guerre du vivant » - Jean-Pierre Berlan

Vous pouvez également consulter le site d’Action Consommation : www.actionconsommation.org     
  

Publié dans MigraDestinations

Commenter cet article