« cogito, ergo vigilo »

Publié le par TerreHappy

(« Je pense, donc je veille »)

Une nuit avec Descartes

Dernière visite au Musée de l’Homme…

Après des années d’interrogations sur son avenir, le Musée de l’Homme fermoit donc ses portes, à partir du lundi 23/03/2009, pour une rénovation sur 3 ans de travaux.

Parmi tous les squelettes et crânes ancestraux, anonymes ou illustres, le crâne de Descartes faisoit à nouveau parler de lui…

http://www.actu-philosophia.com/spip.php?article81

 

Qui l’eût pensé ?

Certainement pas Descartes, lui qui détestoit que l’on parlât de lui, qui tentoit de parler en son nom et de dire « je », qui désiroit tant rester seul face à lui-même,  à ses interrogations, à ses doutes, et à son propre discours… Son idéal eût été de mener une vie solitaire, consacrée à la réflexion et à l'étude. Il avoit pris pour devise  « bene vixit, qui bene latuit! » (Heureux qui a vécu caché!)

 

Mathématicien et philosophe, cerveau pensant transformé en crânes d’Hydre de notre Occident occipital depuis presque 5 siècles, il se trouvoit donc bel et bien exposé au Musée de l’Homme, en moulage, entre le moulage d'un australopithèque et le moulage du crâne du footballeur Lilian Thuram.

Le véritable crâne d’entre les autres crânes cartésiens eût été blotti caché bien à l’abri dans un coffre-fort du Musée de l’Homme…

homme que nous ne sommes pas encore,  nous ne serions encore qu’être humain, moulage de l'homme...

Ce moulage, après maintes pérégrinations depuis la mort de l’auteur du Discours de la Méthode, alloit donc aller s’empoussiérer un peu plus dans les réserves.

http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur_France_Monde/2009/03/19/article_l-histoire.shtml

« L’HISTOIRE – Le crâne de Descartes a beaucoup voyagé »

 

Pourquoi se prennent-ils donc tous la tête pour le crâne de Descartes ?

Peut-être à cause de l’ « ergo »… ? bizarre... quand même... cet "ergo" !

 

Et pourquoi donc le moulage du crâne de Descartes ne pouvoit-il pas être prêté à un autre Musée, en attendant le ravalement de façade ?

 

Je dirois respectueusement qu’un crâne c’est sacré… on ne prête pas inconsidérément son crâne ou ses pensées à n’importe qui : c’est perso ! même si on en a plusieurs !

 

Le Musée de l’Homme, en tous les cas, doit sans aucun doute savoir quoi en penser… !

 

Recyclage !

 

Il eût même bien été question un moment qu’il retournât à l’école. Si, si… je vous assure… dans le cadre de cette manie moderne des formations !

Le Prytanée, son ancien collège Jésuite converti en Lycée Militaire, à La Flèche dans la Sarthe, où Descartes étudia pendant plusieurs années et qui abrite une grande partie de sa bibliothèque personnelle, l’y accueilloit « à neurones ouvertes » pour une petite remise à niveau !

http://www.lematin.ch/flash-info/loisirs/crane-descartes-restera-musee-lhomme

 

Où il étoit dit que "L'élève Descartes étudia de 1607 à 1615 dans cette institution qui était alors le collège des jésuites. L'illustre pensionnaire gardait en mémoire « l'une des plus célèbres écoles de l'Europe », comme il l'avait écrit dans son Discours de la méthode".

 

Ceci n’étoit qu’une bien courte extrapolation du fameux discours de Descartes, un peu plus long, tout de même…

D’ailleurs, il eût surtout dit, de ses études, qu’il n’y avoit rien appris par lui-même…

"Au sortir de l'école, il se sentait peu satisfait de tout ce qu'il y apprît"

http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Rene_Descartes#documents_associes

 "Descartes ressortait donc de ce fameux collège de jésuites sarthois avec tout un bagage de connaissances littéraires et scientifiques, mais aussi avec des « doutes », et la volonté de s’en libérer partiellement par l’examen philosophique. La suite est connue, je vous renvoie au texte cartésien" :

 

« J’ai été nourri aux lettres dès mon enfance ; et, pourcequ’on me persuadoit que par leur moyen on pouvoit acquérir une connoissance claire et assurée de tout ce qui est utile à la vie, j’avois un extrême désir de les apprendre. Mais sitôt que j’eus achevé tout ce cours d’études, au bout duquel on a coutume d’être reçu au rang des doctes, je changeai entièrement d’opinion. Car je me trouvois embarrassé de tant de doutes et d’erreurs, qu’il me sembloit n’avoir fait autre profit, en tâchant de m’instruire, sinon que j’avois découvert de plus en plus mon ignorance. Et néanmoins j’étois en l’une des plus célèbres écoles de l’Europe, où je pensois qu’il devoit y avoir de savants hommes, s’il y en avoit en aucun endroit de la terre. »

http://www.actu-philosophia.com/spip.php?article81

 

Où alloit donc se nicher l’ingratitude ?

 

Crâne ingrat, s’il en falloit… !!!

 

Voilà qui étoit bien pensé…

 

« recogito, ergo resum »

 

La réouverture du Musée de l’Homme, avec des espaces entièrement repensés, n’est donc prévue qu’en 2012.

D’ici là, le site : www.museedelhomme.fr permettroit d’y suivre les circonvolutions de ce crâne pensant…

 

Transféré dans ces réserves du Musée de l’Homme, le crâne de Descartes ne risquoit-il pas de finir aux oubliettes ? ou alloient-ils se l’approprier pour s’arroger le droit de lui en fabriquer un tout beau avec des circonvolutions toutes neuves ?

 

Allions-nous donc tous oublier son « cogito, ergo sum » ?

 

Je commençois à avoir mal au crâne, je pensois que j’allois sortir  de ma réserve pour aller m’aérer un peu les idées !

 

Je vous lâchois… lâchement !

 

Sans doute, allois-je en profiter pour penser un peu plus par moi-même ?

Merci, donc, à Descartes !

 

C’est Descartes qui eût donc été heureux de voir que le « cogito, ergo sum » se réalisoit enfin.

 

Enfin… heu… peut-être… je pensois… donc… j’avois un doute… vu les multiples bribes de tous ces ossements…

 

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/03/19/au-musee-de-l-homme-comme-on-ne-le-verra-plus-a-la-veille-de-sa-renovation_1170131_3246.html

Le Département d’anthropologie du Musée de l’Homme à Paris (5/03/2009)

 

« Cogito, ergo ridéo »

(Je pense, donc je ris)

 

Ossements :

Pour aujourd’hui, mon site archéologique préféré :

http://www.ghost-shooting.com/article-26469125.html

 

Bon… Sans doute ! cela pouvoit changer demain… en tous les cas, j’avois bien ri…

 

Très sérieusement !

 

La suite… à plus tard !

Publié dans MigraRéflexions

Commenter cet article