Un nid d’amour et d’herbes fraîches

Publié le par TerreHappy

 

Avec l’arrivée du printemps,

 

La mésange orne son nid de fleurs

et de plantes odorantes
pour protéger ses oisillons des parasites.

Elle entrelace mousses et brindilles

avec de la lavande, de la menthe et des immortelles.

 

Ensuite, elle s’envole

à la recherche d’herbes aromatiques.

Elle sélectionne spécialement celles

qui sont à base de camphre et d’eucalyptol,

de ces plantes qui possèdent des qualités

antiseptiques, fongicides et insecticides.

 

De plus, elle en renouvelle les herbes

si celles-ci sont devenues peu odorantes

ou trop sèches,

quitte à effectuer de plus grandes distances

pour aller les  becqueter

là où ces plantes poussent.

 

Ses oisillons sont ainsi couvés

et préservés des parasites

jusqu’à ce qu’ils volent de leurs propres ailes. 



En plus de leur vue et de leur ouïe, les mésanges sauraient donc repérer les odeurs. Une aptitude que les ornithologues n’avaient jusqu’à maintenant repéré que pour les gros oiseaux (pigeons, pétrels, mouettes et autres oiseaux plus charognards).

 

L’acclimatation des oiseaux, face aux changements environnementaux, s’avère relativement efficace :

 

- les oiseaux, tout naturellement, trouvent souvent une solution de secours. Ils n’hésitent pas à changer leurs habitudes ou à migrer ailleurs à la recherche d’un nouveau paradis,

 

- loin de réagir tous de la même façon, décalant,  abandonnant leur migration, ou  modifiant leurs habitudes, ils s’adaptent aux réalités du milieu dans lequel ils évoluent.

 

Cependant, 75% des oiseaux étudiés dans nos régions d’Europe présenteraient des effectifs en déclin, dus au réchauffement climatique et à l’empreinte de l’homme.



En ce qui concerne la mésange,

si elle parvient bien à préserver ses oisillons des parasites,

elle serait encore pour l’instant

totalement insensible au réchauffement climatique.

Et, en matière de nourriture,

plan de survie indispensable,

la mésange ne s’adapterait que difficilement

à l’arrivée d’un printemps ou d’ un l’hiver,

qu’il soit précoce ou tardif

 

Les oisillons,

même bien protégés des parasites,

s’ils ne sont pas correctement nourris,

verraient donc leurs forces s’amenuiser

et leur population décroître.

 

La mésange est sédentaire.

C'est un oiseau grégaire :

En dehors des périodes de nidification, elle vit en groupe avec d'autres mésanges.

Les 3 espèces les plus recensées dans nos régions tempérées, mésange charbonnière, mésange nonette et mésange bleue, cohabitent ensemble en toute harmonie, chaque espèce se choisissant un étage dans les arbres :

au 1er la charbonnière, au 2ème la nonette et au 3ème la mésange bleue !

 

En hiver, c'est une visiteuse conviviale des mangeoires installées par les hommes, dans les arbres, sur les rebords de fenêtres ou sur les balcons.

 

Les oiseaux, ainsi que tous les animaux, migrateurs ou pas, ont cette faculté merveilleuse : ils s’adaptent.

 

Pour La Vie !


La mésange,

au milieu de toutes ces herbes folles aromatiques

convoitées pour le plus grand bien de son nid et de sa couvée,

nous le rend au centuple

en continuant à venir nous visiter

et à cohabiter près de nous,

perchée dans un arbre

ou sur le rebords de nos fenêtres.

 

Les mésanges…

Allez à tire-d’ailes,
les admirer
et écouter le chant de ces anges !

 

http://www.oiseaux.net/oiseaux/photos/mesange.charbonniere.html

http://www.oiseaux.net/oiseaux/photos/mesange.bleue.html

http://www.oiseaux.net/oiseaux/photos/mesange.nonnette.html

 

http://mortain.free.fr/journal/Les_4_saisons/oiseaux/nonette.htm


 

 

 

Publié dans MigrArts

Commenter cet article